📢 Tu as la traduction en anglais des mots en rouge dans la fiche de vocabulaire, en bas de la page ⬇

Tu peux retrouver les épisodes sur les plateformes de podcasts :

Podcast #2 : Le Métro parisien

Dans ce deuxième épisode de MyFrenchRoutine, je vais te parler du métro parisien.

Pour moi, le métro de Paris, c’est un symbole de la capitale française, tout comme la Tour Eiffel, les Champs-Élysées, ou même les brasseries.

Dans cet épisode, je vais t’expliquer la célèbre expression « Métro, Boulot, Dodo » que tu as peut-être déjà entendue et partager avec toi 5 curiosités sur le métro parisien. Si tu as déjà pris le métro à Paris, j’espère que cet épisode te rappellera de bons souvenirs.

Dans ce deuxième épisode de MyFrenchRoutine, je vais te parler du métro parisien.

Pour moi, le métro de Paris, c’est un symbole de la capitale française, tout comme la Tour Eiffel, les Champs-Élysées, ou même les brasseries.

Dans cet épisode, je vais t’expliquer la célèbre expression « Métro, Boulot, Dodo » que tu as peut-être déjà entendue et partager avec toi 5 curiosités sur le métro parisien. Si tu as déjà pris le métro à Paris, j’espère que cet épisode te rappellera de bons souvenirs.

Mes souvenirs du métro parisien

*** Bruit du métro *** 

Ah, je reconnais cette douce mélodie du métro parisien qui a fait partie de mon quotidien pendant de nombreuses années !

Cette sonnerie, c’est le moment où les portes des voitures du métro se ferment et où tous les voyageurs se précipitent à l’intérieur de manière plus ou moins civilisée.

Qu’on le déteste ou qu’on l’adore, le métro parisien ne laisse personne indifférent. Certains diront qu’il est sale, qu’il sent mauvais ou, pour le dire d’une manière plus familière, qu’il “pue”.

Et pourtant, moi je l’aime le métro parisien. Avec ses 16 lignes, on peut vraiment aller partout dans Paris. Il y a des métros environ toutes les 2-3 minutes, alors pourquoi se plaindre ?

Alors, certes, il y a peu de lignes climatisées et en été c’est un peu l’asphyxie, il y a parfois des musiciens qui nous cassent les oreilles à 8 heures du matin et il faut faire attention aux pickpockets. 

Je connais par cœur ces annonces, même dans les langues que je ne parle pas ! Je dois reconnaître que je ne suis pas du tout objective quand je parle du métro parisien. Et la raison est simple : il m’a accompagnée depuis mon enfance, jusqu’à mes études universitaires et mon entrée dans le monde du travail.

J’habite maintenant à Lyon, où il y a un métro climatisé, propre, qui sent bon mais ce n’est pas mon bon vieux métro parisien et, d’ailleurs, comme un signe de contestation, je me déplace principalement à vélo. Mais à chaque fois que je remonte à Paris pour voir ma famille et mes amis et que je suis dans le métro, je ne peux pas m’empêcher de repenser avec nostalgie aux souvenirs qui sont liés à chaque ligne ou station de métro par lesquelles je passe.

Évidemment, c’est une vision idéalisée et qui n’est possible que parce qu’aujourd’hui, je suis comme une touriste à Paris. Je n’ai plus l’obligation de me lever tôt et d’arriver à l’heure pour les cours ou le travail.

Métro, Boulot, Dodo

Le quotidien des Parisiens est légèrement différent et il est très bien résumé par la célèbre expression Métro, Boulot, Dodo. Cette expression a été inventée par Pierre Béarn en 1951 dans un poème et est devenue l’un des slogans des manifestations étudiantes de Mai 68. 

Le boulot, comme tu le sais sûrement, c’est un terme familier pour dire le travail. Dodo, c’est un mot utilisé par les enfants pour dire « dormir ». On dit généralement « faire dodo ». Métro, Boulot, Dodo, c’est donc  la routine monotone et répétitive, le train-train quotidien des citadins qui passent leurs journées à travailler sans avoir de temps pour les loisirs.

On se lève tôt le matin, on a tout juste le temps d’avaler son café qu’il est l’heure de partir. On prie pour qu’il n’y ait pas de retards, de grève ou de travaux sur la ligne. Une fois qu’on entre dans les couloirs du métro, il se produit alors un phénomène très étrange : l’humain que nous sommes se transforme en une sorte de robot, sans aucune capacité de jugement, d’empathie ni de bon sens. On court pour gagner 2 minutes (au risque de se casser la cheville en glissant sur le quai, ça m’est arrivé), on peste sur les touristes qui ne connaissent rien aux règles tacites du métro, et osent se mettre sur le côté gauche de l’escalator et bloquer ainsi le passage aux utilisateurs plus pressés.

couloirs-metro

Parce que oui, chaque pas est compté pour les Parisiens, on optimise son temps au maximum : on marche dans les escalators, on entre dans le métro à l’avant, au milieu ou à l’arrière en fonction de la sortie qu’on va prendre.

On passe les portillons sans sortir son pass navigo, en posant son sac à main ou la poche du jean directement contre la machine. Les touristes, eux, essaient avec peine d’acheter un ticket à la machine automatique et ensuite de trouver un portillon ou tourniquet qui accepte encore les tickets. Bref, dans le métro parisien, il y a vraiment deux mondes qui s’affrontent : les touristes et les Parisiens.

5 curiosités sur le métro parisien

Mais le protagoniste ici, c’est bien le métro (abréviation de métropolitain), je vais te partager cinq informations et curiosités sur le métro parisien.

1. La date de création du métro parisien

La première ligne du métro parisien a été créée en 1900 à l’occasion de l’Exposition universelle de la même année. Elle avait alors pour but de desservir le bois de Vincennes, qui accueillait les Jeux olympiques d’été. C’est aujourd’hui la ligne 1 du métro, qui relie Le Château de Vincennes à la Défense.

2. Les stations de métro en service

Le métro compte 16 lignes, dont deux automatisées, c’est à dire sans conducteur (la 1 et la 14) et deux lignes bis (la 7 bis et 3 bis) qui sont toutes petites. Le métro permet vraiment d’aller partout dans Paris, aucun lieu ne se situe à plus de 500 mètres d’une station de métro.

3. Les stations fantômes

Le métro parisien dénombre 11 stations dites fantômes, qui sont fermées depuis le début de la Seconde Guerre mondiale et qui n’ont jamais été rouvertes. Elles s’appellent Arsenal, Saint-Martin, Haxo ou encore Croix-Rouge. Elles n’ont pas été remises en service car elles sont peu fréquentées, ou trop proches d’une autre station.

4. La première classe

En effet, le métro parisien était le seul au monde à proposer jusqu’en 1991 des catégories de première et de seconde classe. Chaque rame de métro (la rame désigne l’ensemble des voitures du métro) avait en effet une voiture de première classe, de couleur jaune et se situait au milieu de la rame, pour garantir plus de sécurité en cas d’accident. Les tickets étaient bien-sûr un peu plus chers et les sièges étaient en cuir pour offrir plus de confort.

5. Une station "cinéma"

Parmi les stations fantômes, il y en a une qui est spécialement utilisée pour les tournages de film, de publicité ou de clips musicaux. Il s’agit de la station “Porte des Lilas”, fermée au public depuis 1939. Le nom de la station change en fonction du film tourné. Le fabuleux destin d’Amélie Poulain ou encore Paris je t’aime ont notamment été tournés dans cette station.

©RATP

Adoré ou détesté, le métro parisien est, quoi qu’on en dise, très pratique. Au métro, s’ajoutent aussi les lignes de tramway et de RER qui permettent de relier rapidement Paris et sa banlieue du nord au sud, de l’ouest à l’est. En plus, c’est une bonne alternative à la voiture, comme ça pas d’embouteillage, pas de problème pour se garer et c’est meilleur pour la planète. Alors, que demander de plus ?

Bon, ok peut-être la clim

Fiche de vocabulaire

une sonnerie : a ring
se précipiter : to rush
sale : dirty
sentir mauvais : to smell bad
puer : to stink
se plaindre : to complain
casser les oreilles : to talk your ears off
par cœur : by heart
propre : clean
d’ailleurs : besides
se déplacer : to move / get around
remonter : to go back
s’empêcher de : to prevent oneself from
tôt : soon
le train-train quotidien : the daily grind
le citadin : the city dweller
avaler : to swallow
prier : to pray
la grève : the strike
les travaux : work
une sorte de : a kind of
aucun / aucune : no / any
se casser la cheville : to break
one’s ankle
glisser : to slide
pester : to rant
oser : to dare
être pressé : to be in a hurry
le pass navigo : the multi-use transit card covering all of the Metro Paris area
poser : to put
bref : in short
s’affronter : to compete
desservir : to serve (a place)
relier : connect
remettre en service : to return to service
le cuir : leather
le tournage : shooting
quoi qu’on en dise : no matter what we say
s’ajouter : to be added
le RER : the regional train transport system connecting the center to its surrounding suburbs
la banlieue : the suburbs
les embouteillages : traffic jams
se garer : to park
la clim(atisation) : air conditioning

Reçois en exclusivité les épisodes 🎙️
Alice Academy

Alice Academy

Bonjour ! Je suis Alice, professeur de français, passionnée de voyages ✈ et amoureuse des langues 💬

Avec Alice Academy, je souhaite partager ma passion pour la culture et la langue françaises 🇫🇷.

Inscription Newsletter

* indicates required