📢 Tu as la traduction en anglais des mots en rouge dans la fiche de vocabulaire, en bas de la page ⬇

Tu peux retrouver les épisodes sur les plateformes de podcasts :

#8. Je suis nul.le en langues ! Que faire ?

Je suis nul.le pour apprendre des langues ! 

C’est une phrase que tu as peut-être déjà prononcée, ou pensée très fort. Moi, je l’entends souvent de la part de mes élèves adultes qui apprennent le français, longtemps après avoir quitté l’école. 

Quand j’entends cette phrase, j’entends le traumatisme que l’enseignement des langues a dû être à l’école. Et ça me fait beaucoup de peine parce que j’imagine la souffrance et les nombreux blocages qui se cachent derrière cette phrase. 

Bien-sûr, on a tous des préférences dans la vie, on a tous des facilités dans certains domaines plutôt que d’autres mais penser qu’on est nul.le / pas fait.e / pas doué.e pour apprendre quelque chose n’est pas toujours vrai. 

Le problème, c’est qu’on se base sur notre expérience de l’école pour déterminer si on est bon ou mauvais pour apprendre. C’est une erreur parce que le système scolaire ne convient pas à tout le monde et valorise seulement certains profils d’apprentissage. 

On oppose souvent, à tort, les métiers intellectuels aux métiers manuels. Les métiers intellectuels (dans la recherche, dans les bureaux) sont considérés plus prestigieux alors que les métiers manuels sont conseillés aux mauvais élèves, les “cancres” comme on les appelle pas très gentiment dans le langage familier. Comme s’ il y avait une hiérarchie parmi les compétences. 

Pourtant, on a tous des exemples autour de nous, et même parmi des personnes célèbres, de mauvais élèves à l’école qui ont très bien réussi dans la vie et ont eu un destin incroyable. 

Est-ce que tu savais par exemple qu’Albert Einstein, Winston Churchill, ou pour donner un exemple français, Jean-Paul Gaultier ont eu un parcours assez chaotique à l’école ? 

Ça ne les a pas empêché d’avoir un destin incroyable et pour Albert Einstein de révolutionner la physique avec la théorie de relativité. Einstein, Churchill ou Jean Paul Gaultier étaient loin d’être idiots et incapables d’apprendre, ils n’avaient simplement pas un profil d’apprentissage adapté au système scolaire. 

 Si j’ai choisi de te parler des profils d’apprentissage dans ce podcast, c’est en premier lieu dans le but de te montrer qu’il n’existe pas qu’une seule façon d’apprendre, et en deuxième lieu, c’est pour te donner des conseils adaptés à ton profil et te permettre d’apprendre efficacement et sereinement le français. 

Plutôt que de penser que tu n’es pas fait.e pour apprendre les langues et qu’il n’y a rien à faire, j’aimerais te prouver que c’est peut-être la méthode qui doit être changée. 

Tu vas voir qu’il y a des contenus et des activités qui seront plus adaptés à ton profil, et c’est normal, nous sommes tous différents, nous n’apprenons pas de la même manière et pour les mêmes motivations. 

Donc en premier lieu, je vais te présenter les différents profils d’apprentissage qui sont divisés en 3 catégories : 

1) le profil d’identité 
2) le profil de motivation 
3) le profil de compréhension. 

Tout d’abord, on compte 7 profils d’identité qui sont les suivants : intellectuel, dynamique, aimable, perfectionniste, émotionnel, enthousiaste et rebelle. Je précise qu’un profil d’identité ne signifie pas que c’est le caractère de la personne. Une personne qui a un profil perfectionniste dans l’apprentissage ne l’est pas forcément dans la vie de tous les jours par exemple. Ici, on parle de notre attitude face à l’apprentissage. Voyons en détail ces profils : 

L’intellectuel : c’est une personne qui aime apprendre, affectionne la solitude et est plutôt introverti. Il peu paraître distant vis à vis des autres et c’est souvent un bon élève à l’école.

Le dynamique : il est dans l’action, n’est pas nécessairement un bon élève mais  il est capable de réussir dans ce qu’il a décidé d’entreprendre. Il n’a pas peur de se tromper et il s’adapte facilement à la situation.

L’aimable : Il travaille surtout pour faire plaisir à son entourage (ses parents ou ses professeurs). Il est sociable, gentil et il évite le conflit au maximum.

Le perfectionniste : Il a peur de mal faire et est souvent bloqué par peur de faire des erreurs, par peur de l’échec. Il a besoin d’être rassuré et cadré. Il se lance seulement quand il est sûr de bien faire.

L’émotionnel : Il agit en fonction de ses émotions qu’il contrôle difficilement. Il est aussi très créatif et il aime se différencier des autres élèves.

L’enthousiaste : Il a une forte joie de vivre. Il voit le côté positif des chose mais il a aussi du mal ave l’ordre et la discipline car il se sent frustré.

Le rebelle : Il essaie de défier l’autorité. Il a besoin d’être cadré et recherche un professeur autoritaire. C’est une personne qui a du mal à exprimer ses émotions parce qu’ il ne veut pas montrer de signe de faiblesse. Il est peut être un élève difficile en classe et il peut entrer facilement en conflit.

Le profil de motivation

Ensuite, on distingue 4 profils de motivation : 

1) Quelle utilité ?
2) Vais-je apprendre ?
3) Avec qui ? 
4) Où ça se situe ? 

Parmi ces 4 profils, on distingue : 

1) les élèves qui ont besoin d’un intérêt précis pour apprendre, 

2) ce sont les élèves qui adorent apprendre pour le simple plaisir d’apprendre, 

3) ce sont les élèves qui attachent de l’importance à la relation qu’ils vont avoir avec le professeur ou les élèves. Ils apprennent mieux avec un prof ou des élèves qu’ils apprécient. 

4) ceux qui sont sensibles au lieu, à l’environnement dans lequel ils apprennent. 

 

Enfin, le profil de compréhension qui est plus connu et qui désigne notre manière de comprendre et de mémoriser. On parle souvent de mémoire auditive (à l’écoute) ou visuelle (avec la vue) mais on peut également ajouter le profil kinesthésique. 

Une personne qui a un profil kinesthésique a besoin de faire et de ressentir pour apprendre. Elle ne peut pas se contenter simplement d’écouter ou de regarder, elle a aussi besoin de faire. 

Ta manière d’apprendre dépend donc de 3 facteurs : ton profil d’identité (perfectionniste, émotionnel, rebelle…), ton profil de motivation (avec qui ? quelle utilité?..) et enfin ton profil de compréhension (tu es plutôt auditif, visuel ou kinesthésique). 

À ce stade, tu as peut-être reconnu les profils d’identité, de motivation et de compréhension qui te correspondent le plus. Tu hésites peut-être entre plusieurs possibilités et c’est normal, on peut appartenir à plusieurs profils mais on considère généralement qu’on a un profil principal et un profil secondaire. 

Par exemple, mon profil de compréhension principal est kinesthésique, j’ai besoin de faire pour comprendre, et mon profil de compréhension secondaire est visuel : j’apprends mieux grâce à des graphiques et des illustrations. 

Pour les personnes auditives, un cours magistral où le professeur parle pendant des heures sans tableau, sans image, sans graphique ne posera aucun problème. 

Passons à la deuxième partie et voyons quelles activités privilégier en fonction de ton profil de compréhension plus particulièrement. 

Alors pour apprendre une langue étrangère comme le français, bien-sûr l’idéal est de travailler toutes les compétences : tu dois être capable de comprendre un discours en français (compétence auditive), tu dois être capable de lire et écrire en français (compétence visuelle) et enfin tu dois être capable de parler en français (compétence kinesthésique). 

Mais en fonction de ton profil d’apprentissage, tu pourras adapter ta manière d’apprendre. 

Prenons l’exemple du podcast, si tu as un profil de compréhension auditive, tu pourras te concentrer sans problème sur la voix et les mots sans avoir besoin d’image. 

Mais si tu es plutôt visuel, tu peux accompagner l’écoute du podcast avec la lecture de la transcription. 

Et enfin, si tu as un profil kinesthésique, tu peux prendre des notes et reformuler avec tes propres mots le contenu du podcast. 

Pour le vocabulaire, comme la prononciation et l’orthographe sont tous les deux importants, que tu sois auditif ou visuel, tu peux travailler la prononciation en même temps que l’écriture. 

Si tu es kinesthésique, je t’invite à écrire des phrases avec les mots importants, à te raconter une histoire : en bref, à créer du contexte avec ces mots. 

Pour une règle de grammaire, si tu es auditif, tu peux lire à haute voix la règle et mémoriser des phrases d’exemple pour garder en mémoire la sonorité de la langue. 

Si tu es visuel, n’hésite pas à schématiser, reformuler la règle avec des tableaux ou des illustrations. 

Pour les kinesthésiques, comme pour le vocabulaire, tu dois créer un contexte, réutiliser la règle, avec tes propres phrases. 

En tant que professeur, c’est très intéressant pour moi de connaître le profil d’apprentissage de l’élève pour savoir comment lui parler et organiser les cours. 

Par exemple, mettre en confiance un profil perfectionniste, intellectuel, aimable ou émotionnel et au contraire diriger et mieux cadrer un profil dynamique, enthousiaste ou rebelle).

Pour les profils de motivation : je peux insister sur l’utilité de l’apprentissage pour ceux qui ont besoin d’un but précis, donner des informations supplémentaires et expliquer le pourquoi du comment avec ceux qui adorent apprendre, créer un cadre chaleureux et bienveillant pour ceux qui attachent de l’importance aux personnes avec qui ils apprennent et enfin, permettre à l’élève d’être dans un lieu agréable et rassurant pour apprendre pour ceux qui attachent de l’importance au lieu et à la localisation de l’apprentissage. 

Pour les profils de compréhension, auditif, visuel et kinesthésiques, comme je l’ai dit juste avant, l’avantage en français, c’est qu’on est obligé de tout travailler donc tous les profils sont représentés. 

Pour ma part, sur la plateforme Alice Academy, j’ai créé des petites vidéos d’animations avec ma voix et des illustrations pour associer le son à l’image. 

Très souvent, j’ajoute la transcription audio d’un texte que j’écris pour expliquer une règle et apporter des précisions. 

Les exercices en ligne sont interactifs, sous forme de jeux et font appel à la compétence kinesthésique. Pour apporter du contexte, je n’hésite pas à utiliser des extraits de programme télé français très connus qui utilisent le vocabulaire et la grammaire du cours. 

Bon, je pourrais en parler pendant des heures mais je vais m’arrêter là et si le sujet t’intéresse, je te mets le lien dans la description du livre de Jean-François Michel qui explique en détails les 7 profils d’apprentissage et le lien pour faire le test et découvrir ton profil (il existe une version en anglais si tu préfères). 

Si tu souhaites améliorer ton français avec moi, tu peux me contacter par e-mail ou sur Instagram, ce sera un plaisir de faire ta connaissance et voir ensemble les solutions adaptées à tes objectifs. 

Rappelle-toi d’une chose, tu n’es pas nul.le en langue, tu dois juste apprendre à mieux te connaître.   

Alice Academy

Alice Academy

Bonjour ! Je suis Alice, professeur de français, passionnée de voyages ✈ et amoureuse des langues 💬

Avec Alice Academy, je souhaite partager ma passion pour la culture et la langue françaises 🇫🇷.

Reçois en exclusivité les épisodes 🎙️
learn-french-for-free

Inscription Newsletter

learn-french-for-free
* indicates required