📢 Tu as la traduction en anglais des mots en rouge dans la fiche de vocabulaire, en bas de la page ⬇

Tu peux retrouver les épisodes sur les plateformes de podcasts :

Podcast #3 : Travailler en France

Dans ce troisième épisode de My French Routine, je vais te parler du monde du travail en France et de la sacro-sainte pause-café. Ce moment d’échanges et de convivialité entre les employés d’une entreprise possède de nombreux avantages.

Mais avec la pandémie du covid-19, elle a disparu pour les employés qui étaient en télétravail. Alors, comment faire, quand on travaille de chez soi, pour garder la motivation et son bien-être ?

J’évoquerai à la fin du podcast, les avantages et les inconvénients du télétravail à travers mes propres expériences.

Les bienfaits de la pause-café

– Mais tu sais pas la dernière ?

– Oh, t’as vu comment elle est habillée ?? 

– Et sinon, tu bosses sur quoi en ce moment ? 

– Ça te dit qu’on se fasse un dèj cette semaine ? 

– Raconte, t’as fait quoi ce week-end ? 

Ah les discussions à la machine à café ! Ça me manque parfois… Pourtant, la pause-café fait parfois débat au sein de l’entreprise.

Est-ce une perte de temps ? C’est vrai que prendre une pause au travail pour papoter avec ses collègues, c’est un peu une manière d’être payé à ne rien faire, non ? Eh bien, détrompez-vous !

La pause-café, pause-clope ou pause tout-court (on n’est d’ailleurs pas obligé de boire du café) aurait un impact positif sur le bien-être mais aussi la productivité des employés au travail.

En effet, pendant la pause, on ne parle pas que des derniers potins ou des prochains afterwork. Cela peut être l’occasion de créer du lien avec ses propres collègues, managers mais aussi de faire connaissance avec les employés d’autres services.

En parlant de ses missions actuelles ou de ses doutes avec d’autres personnes, on peut alors avoir une vision nouvelle, extérieure sur une problématique. En cas de conflit entre collègues, le fait de pouvoir en discuter dans une atmosphère plus détendue permettrait aussi d’apaiser les tensions. Et puis, prendre une pause, c’est nécessaire pour recharger les batteries et se remettre plus efficacement au travail par la suite.

pause-travail

Pause-café et télétravail

D’ailleurs, que dit la loi française à ce sujet ? Selon le code du travail, les salariés ont droit à une pause de vingt minutes toutes les 6 heures de travail effectué. Quand on sait qu’une pause-café en entreprise ne dépasse généralement pas les 10 minutes, on ne peut pas dire que les employés abusent de leurs pauses.

Mais avec la crise du covid-19 que nous connaissons depuis un an et demi, le monde de l’entreprise a dû s’adapter. Avec les mesures de distanciation et l’augmentation du télétravail, on a dit adieu aux pauses-café. Et si ce rituel semblait avant anodin, on a vite compris qu’il était en réalité très important pour le bien-être et la productivité des salariés. Alors, que faire pour recréer du lien et du sens chez les employés ?

Pendant le confinement, plusieurs entreprises ont mis en place des pauses-café digitalisées sous forme de chat ou de visio-conférence où il est interdit de parler boulot ! 

Des salariés se sont organisés aussi par eux-mêmes en s’appelant quelques minutes pour décompresser et recréer du lien. Il faut dire que beaucoup de salariés ont réellement découvert le télétravail pendant la pandémie. Tout était nouveau, pour les employés comme pour les entreprises, et il a fallu s’adapter et tester de nouvelles manières de travailler.

Pendant le confinement, plusieurs entreprises ont mis en place des pauses-café digitalisées sous forme de chat ou de visio-conférence où il est interdit de parler boulot !  Des salariés se sont organisés aussi par eux-mêmes en s’appelant quelques minutes pour décompresser et recréer du lien. 

Il faut dire que beaucoup de salariés ont réellement découvert le télétravail pendant la pandémie. Tout était nouveau, pour les employés comme pour les entreprises, et il a fallu s’adapter et tester de nouvelles manières de travailler. 

Au premier abord, le télétravail, ça semble être hyper cool : on n’a pas notre chef sur notre dos pour nous surveiller, on peut, dans les limites du possible, organiser ses journées comme on le souhaite si on veut sortir faire les courses ou aller chez le médecin. On n’est pas non plus obligés de parler aux collègues qu’on n’aime pas, ni même de faire la bise à tout le personnel ! (et la bise en France, ce n’est pas rien…) 

Le télétravail : avantages et inconvénients

Au premier abord, le télétravail, ça semble être hyper cool : on n’a pas notre chef sur notre dos pour nous surveiller. On peut, dans les limites du possible, organiser ses journées comme on le souhaite si on veut sortir faire les courses ou aller chez le médecin. On n’est pas non plus obligés de parler aux collègues qu’on n’aime pas, ni même de faire la bise à tout le personnel ! (et la bise en France, ce n’est pas rien…)

bise-france

Au premier abord, le télétravail, ça semble être hyper cool : on n’a pas notre chef sur notre dos pour nous surveiller. On peut, dans les limites du possible, organiser ses journées comme on le souhaite si on veut sortir faire les courses ou aller chez le médecin. On n’est pas non plus obligés de parler aux collègues qu’on n’aime pas, ni même de faire la bise à tout le personnel ! (et la bise en France, ce n’est pas rien…)

Mais le télétravail a aussi ses limites et je vais t’en parler à travers ma propre expérience. 

La première vérité, c’est que quand on travaille de la maison, on travaille souvent plus. Comme on n’est pas présent physiquement, on a besoin de compenser en étant hyper connectés et on s’accorde rarement de vraies pauses. Qui n’a pas déjeuné et regardé la télé devant son ordi, considérant que s’arrêter de travailler était une perte de temps ? Le problème, c’est que quand tout se mélange : maison et bureau, moment de loisirs et moment de travail, on n’arrive pas à déconnecter. 

C’est super de pouvoir travailler de partout, mais est-ce qu’on veut et doit vraiment travailler tout le temps ? Même quand on est en vacances ? C’est ça la liberté ? 

J’ai commencé à faire du télétravail en 2015. À l’époque, je travaillais au service client du site de covoiturage BlaBlaCar. Je m’occupais principalement de la modération des messages, puis des réclamations des passagers le soir et le week-end. Je travaillais, comme on dit, en « horaires décalés« . 

Pendant la première année, cette situation me convenait parfaitement car j’avais du temps pour mes autres activités de traductrice et de professeur de français en ligne. Je profitais également de mes journées pour aller voir des expos au musée, aller chez le coiffeur ou chez le médecin. Comme je pouvais travailler d’où je voulais, je ne prenais presque pas de vacances. C’était une grosse erreur car, en fait, je pensais tout le temps au travail. 

Pour mes deux dernières années chez BlaBlaCar j’ai donc demandé à faire plus d’heures dans les bureaux la journée en semaine tout en gardant quelques heures en télétravail le week-end. J’ai, certes, perdu en flexibilité mais j’ai beaucoup gagné en termes de tranquillité d’esprit et de motivation. 

Il ne faut pas oublier que nous sommes des êtres sociaux. Même si nous n’apprécions pas tous nos collègues, les interactions jouent un rôle important dans notre bien-être et équilibre mental. Avoir un rythme régulier, sortir de chez soi, s’habiller et “couper” physiquement avec le bureau sont bénéfiques pour notre santé. On le comprend vite quand on en est privé. 

Aujourd’hui, après avoir démissionné de mon emploi en CDI, je travaille uniquement à mon compte comme professeure de français en ligne et traductrice. Je travaille à nouveau de la maison même si ce n’est pas exactement du télétravail : je choisis mes propres horaires et j’organise mes journées comme je le veux sans objectifs imposés. 

Je trouve mon équilibre en alternant des sessions de travail avec des sessions de sport et de détente dans la journée. 

Une autre vérité, c’est que le télétravail, ou le travail de la maison, ce n’est pas fait pour tout le monde : il faut être autonome, auto-discipliné et aimer la solitude. Dans mon cas, je ressens le besoin de travailler seule, en silence parce-que mes activités demandent de la concentration, de l’introspection et de la créativité : que ce soit pour traduire des textes, préparer des cours de français ou ce podcast ou encore écrire des articles et créer du contenu sur Instagram. Pour autant j’aime sortir et voir mes amis mais cela fait partie de mon temps libre. 

À mon sens, l’intérêt de pouvoir travailler de partout, en ayant seulement besoin d’un ordinateur et d’une connexion Internet, c’est surtout de pouvoir habiter où on veut : ne pas être obligé de vivre dans une grande ville, payer très cher un appartement tout petit et perdre son temps dans les embouteillages

La solution, pour les professions où le télétravail est possible bien-sûr, pourrait être d’alterner les jours de travail en présentiel dans les bureaux avec des journées en télétravail pour profiter des avantages des deux modes de travail sans les inconvénients. C’est ce nouveau modèle qui semble d’ailleurs s’imposer dans de nombreuses entreprises en France. Les entrepreneurs et freelances peuvent, quant à eux, se tourner vers des espaces de coworking pour rompre la solitude et trouver la motivation de travailler. Dans la vie, tout est finalement question d’équilibre. 

Et sinon le café, avec ou sans sucre ?

Fiche de vocabulaire

sacro-saint : sacrosanct
faire débat : to be debated
papoter : to chat/to talk
détrompez-vous : think again
la clope : mot en argot pour dire « cigarette »
les potins : gossip
apaiser : appease
dépasser : to exceed
abuser : to take advantage
anodin : insignificant
mettre en place : to set up
décompresser : to relax
au premier abord : at first glance
avoir quelqu’un sur son dos : being harassed by someone who constantly demands accountability
s’accorder une pause : to give yourself a break
un ordi : abréviation d’ordinateur
mélanger : to mix
le covoiturage : carpooling
les horaires décalés : staggered hours
garder : to keep
certes : certainly
oublier : to forget
démissionner : to quit
travailler à son compte : to be self-employed
la solitude : loneliness
à mon sens : in my opinion
les embouteillages : traffic jams
quant à eux : as for them
se tourner vers : to turn towards
rompre la solitude : to break loneliness
sinon : by the way (dans ce contexte, synonyme de « au fait »)

Alice Academy

Alice Academy

Bonjour ! Je suis Alice, professeur de français, passionnée de voyages ✈ et amoureuse des langues 💬

Avec Alice Academy, je souhaite partager ma passion pour la culture et la langue françaises 🇫🇷.

Reçois en exclusivité les épisodes 🎙️
learn-french-for-free

Inscription Newsletter

learn-french-for-free
* indicates required